Visite de la maison natale


 

"La rue Haute-Pierre et son numéro deux où je naquis pour mes péchés à venir ... à venir ..." - Extrait de "Souvenirs d'un messin".


 

C'est au premier étage de la maison qu'habitaient les Verlaine. - Le 30 mars 1844 à vingt et une heures Elisa-Stéphanie Dehée épouse de Nicolas-Auguste Verlaine, capitaine au 2° Génie, verse des larmes et remercie la Providence : "Vivant, il est vivant et il crie !". Paul-Marie Verlaine voit enfin le jour.


 

"L'école d'application d'où, sous nos fenêtres, tous les matins, sortait le cortège équestre des futurs officiers d'armes spéciales ..." - Extrait de "Souvenirs d'un messin".


 

"J'allais à la rue aux Ours où babillait une école primaire tenue par une demoiselle ... et d'où je sortis sans savoir lire, enfant "en retard" que j'étais ... et gâté ..." - Extrait de "Souvenirs d'un messin".


 

Erodés par le temps, ils ont supporté les premiers pas de l'enfant, "le petit qui devient grandelet".


 

"De l'autre côté de la rue où passait les cavalcades du Graoully, le palais de justice."


 

Lustre et plafond mouluré de l'entrée.


 

Un visiteur occasionnel ...


 

Relief "Verlaine le faune" exécuté par le sculpteur messin André Forfert.


 

L'escalier qui conduit aux étages nous fera-t-il remonter le temps ?


 

Les marches grincent et le bois noirci au brou de noix reluit ...


 

La porte close du premier étage s'ouvre maintenant aux visiteurs. L'esprit de Verlaine habite ce lieu. A la fois musée, maison chargée d'histoire(s) et lieu vivant de poésie. Il n'attend  que votre venue !